Ces derniers jours, on a eu quelques mauvaises nouvelles avec les annonces de suppression de postes chez PSA et Sanofi-Aventis. Elles ne concernent pas seulement des sites de production, mais aussi la recherche et développement, en particulier chez Sanofi. C’est curieux car j’avais justement consacré deux billets sur la R&D dans ses deux entreprises (lire ici et ici). Je trouve que tout ceci n’est pas un signal très encourageant pour l’avenir car j’ai la faiblesse de penser qu’il y a une relation entre la R&D et la compétitivité des entreprises.

Chez PSA, ce sont 396 postes en R&D qui seront supprimés sur le site de Sochaux (lire ici). Au total ça sera 1.400 postes R&D, soit 10 % des effectifs en France (lire ici). Quelques réactions des syndicats : « La saignée réalisée par PSA dans la recherche et développement (R&D) en France est un mauvais présage pour l’avenir du groupe en Europe et la compétitivité française, mais ne traduit pas pour autant une délocalisation de ce secteur stratégique ». […] « On taille dans les effectifs de R&D, ça veut dire qu’on ne se met pas en position d’avoir un avenir brillant. La R&D est cruciale dans l’automobile. Moins de R&D veut dire moins de véhicules nouveaux qui sortiront, donc moins de capacité à acquérir des parts de marchés et, donc, plus de difficultés. Cela peut être l’entrée dans une spirale infernale ». La direction de PSA tente d’être rassurante et précise qu’il ne s’agit en rien d’une délocatisation: « Nous allons bien entendu assurer le maintien des compétences critiques" et "conserver notre capacité d’innovation. Il ne s’agit pas de réduire les effectifs en France pour les augmenter au Brésil et en Chine » (source des citations en italique, ici).

Chez Sanofi, c’est le site de Toulouse qui serait le plus touché. Le groupe cherche à faire une réorganisation dans la recherche et la production de vaccins. « La nouvelle direction veut diminuer les coûts et les risques pris pour la recherche. Ils préfèrent racheter une start-up qui travaille sur un médicament porteur plutôt que développer une vraie recherche » dit un syndicaliste (source ici). J’avais tenté de faire un petit résumé de la stratégie de R&D de Sanofi (lire ici). En gros, le groupe semble privilégier l’externalisation d’une partie de sa recherche vers des laboratoires académiques (en France et à l’étranger), sous la forme d’une recherche contractuelle. C’est assez malin, car par ce biais le groupe économise de la masse salariale (payé par le contribuable).

About these ads