" Je suis bien curieux sur ce sujet des blogs scientifiques, car c’est peut-être (ou pas) un grand changement. Je regarde par exemple la plateforme Hypothèses (carnets de recherche, ici) et je trouve ça plutôt épatant. Il semble que les sciences humaines se soient emparées de cette question plus que nombre de sciences dures, peut-être parce que leurs supports usuels de publication sont passés plus lentement à la version électronique, si bien qu’ils sont passés directement du papier en papier au blog ? Plus de reviewers ? Plus de deadline ? “Le séminaire permanent” (lire par exemple ici pour un aperçu sympathique et convaincu de la question). Justement, sur ce dernier point : c’est tout à fait compliqué d’attirer le public dans les séminaires, exposés (problèmes d’indisponibilité réels ou prétendus), chacun y allant de son petit prétexte – nul n’a de prétexte pour n’avoir pas parcouru un billet de blog.

Bonne ou mauvaise idée ? Des blogs scientifiques vont-ils encourager le “chacun dans son bureau”, au détriment de la discussion physique réelle ? Vont-ils, au contraire, faire que chacun connaîtra mieux ce que fait la fille (le gars) du bout du couloir et quand on se croisera à la cafetière, on dira “tiens j’ai lu ton billet sur…. ” et on embrayera sur le fond, plutôt que sur les problèmes d’intendance, qui sont malheureusement le sujet “plus petit dénominateur commun”. Doit-on publier des “idées en cours”, au risque de passer pour un mauvais, si elles sont mauvaises, ou de se les faire piquer, si elles sont bonnes (alors qu’on voulait les cases dans le projet ANR qui doit absolument passer sinon on mange des nouilles sauce Migaud sur 2013-2017)? Comment ce genre de publication passe t-il à l’échelle de milliers de gens ? Est-ce pertinent ? Finalement, n’est-ce pas la même chose qu’une page web perso où on met en pdf ses publis au fur et à mesure qu’elles sont acceptées ? Je dirai : pas tout à faire la même chose : on peut publier des choses de nature bien plus variées : des choses abouties, des questions ouvertes qui nous laissent perplexes. Sur un blog de recherche, on peut recevoir et écrire des commentaires – là, je crois qu’il y a un bon truc : pas désagréable, d’aller à Rhodes, Stockholm ou Tokyo pour discuter autour d’un papier avec quelqu’un de Clermont-Ferrand, mais est-ce indispensable ? Comment de tels blogs scientifiques s’articulent-ils avec l’émergence des réseaux sociaux informatiques de chercheurs (mendeley, research gate etc…), qui offrent d’autres fonctions mais qui, pour ma part, ne m’intéressent guère en leur forme actuelle, très “autopromotionnelle”…

Cela nous aiderait-il ? A l’intérieur d’un laboratoire ? Vis-à-vis de l’extérieur ? Serait-ce un gadget chronophage et redondant avec l’activité de publication classique? Serait-ce naïf ? Serait-ce, en pratique, une solution de recours assez dérisoire pour les gens qui ne parviennent pas à publier “normalement” (problème de qualité, d’argent, de nature des travaux…). Les directions des laboratoires auraient-elles leur mot à dire ? Tomberait-on principalement d’auto-promotion ? Montrer la “recherche en train de se faire”, n’est-ce pas comme avoir des vitres transparentes entre la cuisine et la salle de restaurant – c’est-à-dire pas toujours flatteur… "

Ce billet nous est proposé par PR27

About these ads