François Hollande, avant-hier : «Chaque année, 5 à 6% des bacheliers de chaque lycée de France doivent se voir proposer une place en classe prépa s’ils le souhaitent».

Moi je me dis que ces 5-6 % de plus dans les lycées post-bac, ça fera autant de moins à l’université (et pas les moins bons), bref autant d’enfants de la nation que l’on aura sauvé … ce n’est pas négligeable …

Cette petite phrase de F. Hollande a beaucoup été commentée sur la toile, je ne vais pas y revenir en détail. On peut lire ici et là que cette mesure avait déjà été décidée par N. Sarkozy en 2007, explicitement écrite dans une lettre de mission à X. Darcos. On peut lire aussi que certains s’étonnent de cette démarche qui est assez élitiste et d’un schéma douteux : les bons élèves doivent aller en prépas et dans les écoles, les autres à l’université.

Alors quoi, l’université elle compte pour quoi ? Pourquoi personne n’en parle dans cette campagne électorale ? tout cela me laisse sans voix, je préfère laisser le paragraphe de conclusion à un de mes précieux contributeurs.

« Ce que je vois est que depuis 12 ans les effectifs inscrits en université diminuent. Une part s’explique par la démographie, un autre par la crise économique qui évince certains jeunes d’études supérieures, mais l’essentiel vient de l’effort fait pour accueillir davantage de gens dans des filières sélectives à tout niveau (IUT, STS, prépas, etc…) Cet effort a un coût, et un coût essentiellement public, c’est donc un choix politique national. Il a commencé sous le gouvernement PS de L. Jospin et a été poursuivi par ses successeurs à droite sans discontinuer. Qu’il réponde aux attentes des parents et des étudiants est assez clair, bien entendu, mais la demande est une chose, l’offre en est une autre. Il s’agit d’une politique évidente au vu de ses résultats chiffrés, mais une politique jamais revendiquée par les gouvernements qui l’ont instauré, une volonté souterraine en quelque sorte, mais non dénuée de constance, ce qui assez rare en matière de politique d’enseignement, vous en conviendrez. »

About these ads