On sait tous que notre enseignement supérieur marche sur la tête. Ceci est parfaitement illustré par la transformation progressive des filières courtes, sélectives et professionnalisantes (IUT et BTS) en antichambre des écoles de tout type ou plus généralement un tremplin vers des études longues. Ces formations devraient au contraire être ajustées à un public désirant s’insérer rapidement dans la vie professionnelle. Victimes de leurs succès, ces filières ne remplissent plus leur mission initiale (c’est particulièrement vrai pour les IUT). Les étudiants qui sont recrutés sont d’un bon niveau et prennent la place des étudiants plus modestes qui se retrouvent alors à l’université dans des formations généralistes pas du tout adaptées à leur niveau scolaire. L’échec est alors quasi-assuré. C’est un gâchis honteux, pour un système à l’agonie. Et pourtant, malgré ses incohérences criantes, personne n’a eu le courage de le réformer afin de donner à nos jeunes un panel de formations tel que chacun puisse trouver sa voie.

Mais rien n’est gravé dans le marbre et il faut toujours espérer que la raison finira par vaincre illogisme ou les dérives structurelles. Hier on a pu avoir quelques brides du projet du parti socialiste. Au sujet des IUT et des BTS, voici ce qu’il est écrit (1): « Les BTS et les IUT accueilleront prioritairement – c’est leur vocation – les bacheliers des filières professionnelles (BTS) et technologiques (IUT) ». Ce qui est proposé ici est une véritable révolution. Si on prend la phrase mot pour mot, alors on donnerait la priorité aux bacheliers des filières professionnelles (BTS) et technologiques (IUT). Ainsi les bacheliers des filières générales ne pourraient s’y inscrire que s’il reste des places.

Maintenant il reste à savoir si cette phrase est dite « comme ça », juste pour meubler un pré-projet sur l’ESR manifestement très peu avancé ou bien si cela se confirmera en un engagement ferme. Ce qui est certain c’est qu’il va falloir du courage pour faire passer cette réforme majeure … Gaïa et ses commentateurs vont surveiller tout ça de très très près …

(1) cette phrase est issue d’un texte qui manifestement n’est pas la version définitive car non relue par les pontes du parti. Explication de texte et fichier à lire ici, sur le site de Marianne2.

About these ads