On poursuit notre relecture du rapport Attali de janvier 2008, intitulé « pour la libération de la croissance française ». Aujourd’hui c’est du lourd. On arrive sur l’objectif « investir d’avantage dans l’enseignement supérieur ».

La première décision (Numéro 19) de cette rubrique est : Renforcer l’autonomie des Universités (p. 34-35 du rapport). La loi LRU, aussi appelée la loi d’autonomie des Universités, a été votée en août 2007. Elle a été vivement contestée en novembre-décembre 2007 par le biais d’un mouvement assez dur. Ce rapport Attali, publié en janvier 2008, ne semble pas s’en émouvoir. Il préconise même des orientations à contre courant des revendications des mouvements universitaires, comme une réduction supplémentaire du nombre de membres dans les conseils, alors même que la LRU avait divisé par 2 le nombre de membres dans le conseil d’administration des Universités ! Cette décision 19 recommande aussi une plus grande autonomie en matière de gestion financière, de recrutement et de rémunérations. Enfin, en terme d’évaluation (l’AERES est déjà en place à l’époque de la parution de ce rapport), trois critères complémentaires pourraient être pris en compte : le succès des étudiants, l’ouverture du processus de recrutement des maîtres de conférences et les critères de promotion au grade de professeur.

La décision 20 est de « Renforcer l’évaluation de la performance de chaque établissement d’enseignement supérieur ». Ce paragraphe ne semble pas très révolutionnaire et serait plutôt dédié à asseoir la création récente de l’AERES.

About these ads